Formation en Guyane

La formation a eu lieu du 15 au 18 novembre 2010, à Kourou, Guyane Française.

Les formateurs étaient : Danielle Destaerke du CNES Toulouse, Mehdi Rajade de l'Education Nationale et Frédéric Bouchar de Tenum. Le tout orchestré par Mathilde Savreux du CNES Kourou.

Nous avons réalisé la formation dans une salle de la médiathèque de Kourou. 25 stagiaires ont participé. Essentiellement des enseignants du secondaire, mais aussi quelques enseignants du 1er degré et un skipper...

Document : Le programme de la formation.

Séquences animées par votre serviteur :

Petites expériences pour comprendre les moteurs les courants

Une série de petites expériences a été présentée aux stagiaires. J'ai présenté celles que nous avions développées au sein de Planète Sciences Midi Pyrénées. - Le mouvement entre l'eau douce et l'eau salée avec les deux bouteilles d'eau gazeuse reliées par deux tubes munis de robinets. - L'aquarium qui simule le pôle (avec des glaçons) et l'équateur avec la résistance chauffante. Nous avons pu constater qu'avec un delta de 1,5°C, il y avait bien un mouvement entre l'eau à 32°C et l'eau à 30,5°C. (En Guyane, l'eau froide du robinet est à 32°C à 14h00). Les glaçons ont réussi un peu à baisser la température. Les résistances chauffantes ne se sont pas déclenchées...

 

Préparation de la bouée MANGO.

Elle a dû venir en pièces détachées pour le transport (une partie dans la malle CNES et une autre avec moi dans l'avion). L'intégration s'est faite en peu de temps (1 journée) et les tests d'étanchéité n'ont pas pu être faits (piscine non disponible) la veille de la mise à l'eau.

L'ensemble de la bouée et le concept de la carte MANGO ont été présentées sur le bateau, lors de la traversée vers les îles du Salut. Pascal ROGER et Christophe HEYREND ont présenté la bouée Amazone, basée sur la carte HERA qui utilise Argos comme moyen de transmission.

Fichier KML généré par le logiciel Mango

 

Mise à l'eau

La bouée a été mise sous tension sur le bateau peu de temps après le départ de Kourou. Nous avons obtenu une trace GPS du trajet suivi par le bateau. Au moment de la fermeture du couvercle pour la mise à l'eau entre les îles du salut, un effort mécanique a décollé la vis du couvercle et provoqué plus tard une voie d'eau. La bouée a été récupérée environ 10 minutes après sa mise à l'eau, elle était penchée et contenait un peu d'eau. Il y a eu des court-circuits dans les cartes capteurs...

Solutions à retenir.

Lors d'une sortie importante qui implique beaucoup de moyens, il faut utiliser l'outil bouée à différents niveaux de risques. La mise sous tension de la bouée à bord, au sec en était un. Il aurait fallu ensuite mettre uniquement les capteurs à l'eau, nous aurions eu une première série de mesures. La conception même de la bouée est à changer. Il suffit d'un seul trou pour faire sortir les fils des capteurs sous la bouée. Le bouchon rouge n'a pas besoin d'être percé. L'intégration à l'intérieur peut être coincée par de la mousse.

 

Présentation de MANGO sur table

Une présentation en statique du fonctionnement de Mango en direct et avec le récepteur a été réalisée avec les stagiaires. La fonction GPS n'a pas pu être utilisée car les satellites n'étaient pas captés dans la salle de formation, mais elle a fait ses preuves la veille lors de la sortie bateau. Les stagiaires ont pu constater que le système était bien fonctionnel malgré les déboires de la veille.

Puzzle

Pour expliquer le fonctionnement interne de Mango, rien de tel que de le faire construire par les stagiaires. Le schéma fonctionnel a été réalisé sur du carton et découpé en différentes pièces, sous la forme d'un puzzle. Chaque participant a été invité à piocher au hasard une pièce. Le jeu était ensuite de reconstituer sur table, la carte MANGO et ses éléments ou notions périphériques.

Le jeu fut apprécié par les stagiaires, même si parfois quelques termes techniques leur étaient inconnus (multiplexeur, Convertisseur A/N, etc).

Fichiers permettant de réaliser le puzzle.

Simulation d'un début de projet.

L'objectif de la séquence était de souligner les difficultés rencontrées par les enseignants pour susciter l'intérêt des élèves à venir dans leur atelier mais aussi pour réagir à leurs attentes, parfois brouillonnes ou farfelues...
Une moitié des stagiaires jouait le rôle des profs, l'autre jouait celui des élèves. Consigne profs : "Vous rentrez de stage et vous être décidés à utiliser l'outil bouée pour tenter de répondre à la problématique que vous avez choisie. Comment allez vous annoncer aux élèves le démarrage de votre atelier afin qu'ils s'y inscrivent en nombre suffisant ?" Consigne élèves : "Vous avez appris que votre prof de SVT est parti en formation pour faire une bouée dérivante et vous voulez participer à son atelier. Quelle idée d'expérience allez-vous proposer pour que le prof vous choisisse dans son atelier ?" Chaque groupe a eu une dizaine de minutes pour rédiger une réponse et un rapporteur a été choisi pour communiquer le résultat de son groupe. Bilan : Il y a bien eu quelques idées irréalistes émises sur groupe élèves, mais très vite, les deux groupes ont convergé vers la nécessité d'établir une problématique pour démarrer l'atelier bouée expérimentale. Des problématiques sur la prolifération de la mangrove, les remontées d'eau salée dans les fleuves, les saisons de la pêche à la crevettes, le cheminement de la pollution sur le fleuve.

Expériences réalisables

Une présentation rapide des expériences réalisées pour la sortie de la veille a été faite sur vidéoprojecteur.L'attention du public n'a pas été maintenue tout le long de la présentation. Ceci s'explique dans doute par le manque de manipulation concrètes, irréalisables par manque de temps dans le planning de la formation. Les tutoriels de ces expériences seront mis en ligne sur le site kikiwi.fr

Liens vers les tutoriels : Mesure de température, Mesure de salinité, Mesure de Chlorophylle

 


Page précédente : Deuxiéme essai sur la Garonne
Page suivante : Une bouée en Somme